top50 50 40 30 20 10



N°40 La rappeuse B-La se fait draguer par Jacky (ex-Club Dorothée) dans son talk-show du gouffre (2010)

Jacky est né en 1948.

Le Club Dorothée a été diffusé pour la 1ère fois fin 1987.

B-La est née en 1988.

Faites un calcul rapide, puis observez Jacky qui la drague ouvertement dès le début de l’émission. Et si vous ne trouvez pas cela suffisamment malsain, attendez de le voir à 09:03, quand il revient l’interviewer avec un masque de cochon sur la tête.

Le pire c’est que, vu l’audience de l’émission, B-La aurait pu se faire violer en direct sans que personne ne s’en aperçoive. Et elle n’aurait probablement pas pu compter sur les techniciens pour la secourir, vu à quel point ils s’en tapent le coquillard : à 10:21, une meuf traverse le plateau en mode j’m’en bats la race, avant de repasser tout aussi détendue à 12:14 après être allée se chercher un thermos de café.



N°39 Jo Dalton fait la publicité d’une boisson énergisante ghetto-équitable (2011)

Pour l’energy drink All United, Jo Dalton introduit un concept révolutionnaire : le marketing de la victimisation, que l’on peut aussi qualifier de «label ghetto-équitable».

En achetant cette boisson apparemment élaborée par «des mecs de tess», le consommateur («un frère») se démarque ainsi des «boloss», des «mythos» et autres «victimes du système» qui donnent de l’argent aux grandes entreprises qui «nous la mettent tous les jours».

Doublée d’un ciblage communautaire avisé (Jo recommande de boire ce drink «après ses ablutions» et les canettes sont aux couleurs de pays d’Afrique), gageons que cette méthode percutante fera le succès de la jeune entreprise.



N°38 Diam’s se fait huer au Festival de Dour et quitte la scène (2004)

Juste pour resituer : avant Diam’s, une seule personne s’était faite huer à ce festival belge. Il s’agit de Patrick Juvet, qui avait reçu une pastèque sur la tête en 1996.



N°37 Agonie, la rappeuse de My Major Company, s’écrase dans les charts (2008)

Pour les médias, l’histoire était simple : la rappeuse Agonie était «le nouveau phénomène internet qui va balayer Diam’s».

Quelques vues sur MySpace, un contrat dans la foulée avec MyMajorCompany et surtout un record qui surprend tout le monde : moins de deux semaines après qu’Agonie ait mis ses maquettes en ligne, les internautes avides de la produire avaient investi les 70 000 euros exigés par le site pour lancer son premier album.
Une artiste qui suscite autant de passion va forcément cartonner ; l’emballement médiatique est alors à son maximum. Agonie se permet même une rime à ce sujet : « Moi je suis petite et efficace, et si t’as misé sur moi c’est que t’as été perspicace »

Sauf que la semaine de sa sortie, l’album d’Agonie s’écoule péniblement à 671 exemplaires et n’apparait même pas dans le Top 100 des ventes en France. La raison d’un tel écart entre les investissements et les ventes ? C’est simple : alors qu’ils ne connaissaient rien au rap, quelques internautes blindés (et très cons) avaient massivement investi sur Agonie après l’avoir vue dans un reportage de Capital sur M6, persuadé que si les médias en parlaient, c’est qu’elle allait cartonner. Une belle histoire de serpent qui se mord la queue.

Cette spéculation poussera MyMajorCompany à réviser entièrement leur système d’investissement, mais il sera déjà trop tard : pour Agonie, l’arrêt de mort est prononcé si vite qu’elle doit se faire rebaptiser «Exécution Sommaire». (oui, elle est facile)



N°36 Le clip de Coupe le cake de IAM (2008)

Chaque rappeur français a ses petites obsessions lyricales :
les relations sexuelles parentales pour La Fouine, les gimmicks marmonnés pour Sefyu, la taille de son pénis pour Seth Gueko…
Pour Shurik’N, la bouffe tient une place primordiale, nourrit ses metaphores et revient plus souvent qu’une assiette de carpaccio bœuf à volonté chez Hippopotamus.

Coupe le cake est donc l’aboutissement ultime, un morceau sans véritable thème (un égrotrippes ?), sur lequel plane l’ombre d’une pâtisserie en résine. Sauf que le résultat est totalement indigeste, et n’est pas sans rappeler la fin de carrière de Bernard Loiseau.

Une période fade pour IAM, pendant laquelle la rue a refusé de leur passer le sel.



N°35 Matt Houston fait n’importe quoi pour qu’on parle de son nouvel album (2010)

Lorsqu’il annonce son come-back en 2010, Matt Houston revient d’un hiatus de quelques années, vraisemblablement mis à profit pour prendre un peu de recul et pas mal de kilos.

Mais à une époque où n’importe quel lien est qualifié de OLD après deux heures, le public est volage.
Pour se rappeler à son bon souvenir, le prince du R’n'B va donc mettre le paquet niveau attention whore :

1) Un morceau censuré et du racolage bas de gamme ?
Check. Matt lance en single « Cunnilingus » – est-il besoin d’en dire plus ?

2) Un fait divers minable et de la vidéo qui clique ?

Check. Matt s’est apparemment fait poignarder la main dans une embrouille, et se filme agonisant sur son chevet à l’hopital. Malaise.

3) Une idée marketing innovante et un concept WTF ?
Check. Pour quelques centaines d’euros, vous pouvez acheter une édition collector de l’album qui vous donne droit à un dîner avec Matt. On ignore si des vieux lascars ont souscrit.

Fort heureusement, l’exploitation de l’album cessera avant que Matt ait eu le temps de recourir aux insultes antisémites, aux menaces de suicide ou au faux leak de sextape.




N°34 Les interviews télé de Disiz la Peste (2006 à 2009)

Ne nous méprenons pas. Disiz a fait des trucs intéressants dans sa carrière (#TeamMCPikachuForever), il a l’air d’être un mec cool et débattre à la télé doit être un exercice atroce.

Ceci étant dit, soyons francs : il a un GROS problème avec les médias. Avec son envie de trop bien faire et ses réponses molles et/ou à côté de la plaque, il est le seul mec qui arrive à saouler à la fois les plus ardents défenseurs du rap (par exemple son « parrain » Joeystarr et Ekoué dans un débat en 2006 sur les émeutes de banlieue), tout comme ses ennemis jurés, en particulier Eric Zemmour.

Après être resté amorphe dans un débat sur l’esclavage chez Ardisson, Disiz s’enlisera pendant 20 minutes interminables dans On n’est pas couchés. Le rappeur/acteur/écrivain réussira même un double exploit : pour la 1ère fois dans l’histoire de l’émission, on verra le bienveillant Laurent Ruquier s’énerver, et le public applaudir les saillies de Zemmour.

Alors Disiz, pour paraphraser la zermi du 9-2 : arrête, ARRETE, ARRETE quoi, putain.

   



N°33 Jacky Brown et Lady Sweety font un clip contre le Sida, sur des paroles écrites par Stéphane Pocrain (2008)

"N’y pense même pas" décrit la joute verbale d’un couple dans lequel le mec veut arrêter l’usage du préservatif et, si l’idée de faire un morceau inédit pour Sida Info Service est louable, on ne peut s’empêcher de ressentir un certain malaise à la vue du clip.

D’abord, parce que le projet et une partie du texte sont issus du cerveau de Stéphane Pocrain, ancien porte-parole des Verts et accessoirement condamné pour violences conjugales en 2008 – et l’on sent bien qu’en dépit de ses origines antillaises et de son appartenance à un groupe de rap dans sa jeunesse, il est plus à l’aise lorsqu’il s’agit de ghostwriter Noël Mamère que de s’inspirer de Bounty Killer.

Ensuite, parce qu’on est interpellé par la chorégraphie au cours de laquelle des DANSEURS se mettent à quatre pattes et se font saisir les jambes par les danseuses pour mimer une levrette acrobatique – par pudeur, on n’essaiera pas de chercher le message que le réalisateur a voulu faire passer.
Enfin et surtout, parce qu’on ressent un profond MALAISE lorsqu’on entend Jacky Brown des Neg’Marrons chanter «Tu connais ma valeur, sans préservatif, tu sentiras ma douceuuur». Même si on doit bien admettre qu’une phase pareille, c’est un super argument pour pousser les filles à utiliser des contraceptifs.

On repense aussi à l’autre slogan historique de Jacky, «T’entends pas ou quoi ?» et là, effectivement, on ne préférerait pas.



N°32 Willy Denzey se prend une pile dans la tête à Urban Peace (2006)

Si t’es un mec normal, que tu montes sur scène et qu’un mec te jette une pile à la gueule qui t’explose l’arcade sourcilière, la réaction basique est de hurler des insultes au fautif et de lui sauter à la gorge avant de lui crever l’œil avec ton micro.

Et bien Willy Denzey n’est pas comme ça, et pour cette raison il mérite notre (et votre) respect éternel. Pour le jeune chanteur R’n’B, the show must go on, même s’il saigne comme un mouton le jour de l’Aïd – c’est peut-être d’ailleurs pour cette raison qu’on l’entend jurer sur le Coran.



N°31 Princess Aniès flingue sa crédibilité en faisant un single avec Lâam (2006)

Après une intro hollywoodienne, le spectateur attentif notera dans ce clip la présence de Princesse Aniès, mais aussi de blousons en peluche rose fluo, d’une casquette avec un imprimé du visage d’Aaliyah, d’un chihuahua arborant un bandeau d’aérobic, et, surtout, d’une baignoire pleine de champagne dans laquelle Lâam se fait éventer par des éphèbes en slip.

Il conviendra alors de se remémorer les paroles de l’excellent morceau «Si j’étais un homme», que Princesse Aniès avait sorti en 2002 : «Aimer, souffrir, se dévouer, subir sera toujours le texte de la vie des femmes / S’ouvrir et bannir les clichés peut suffire à nous respecter et raviver la flamme.»





top50 50 50 30 20 10


10 commentaires

  1. Le N°31, ça me rappelle Larusso qui va flinguer B-Real avec leur « collaboration » tiens…
    Je me demande si elle est dans la suite de votre Top50 celle-là. Hop next page !

  2. La n°32 impose tellement le respect, même si on n’aime pas ce que fait ce type, que ça peut pas être un fail n’empêche.

  3. j’hallucine!! vous avez mis I AM et en plus avec ce clip assez réussi visuellement dans votre classement ! bon chacun ses gouts….

  4. Pour info, coupe le cake d’IAM, ça veut dire partage un peu se que tu gagnes, ça n’a rien a voir avec la bouffe

  5. Pauvre Disiz, on lui a collé deux agressifs du rap français et deux types débordants de ferveur !

    MorganLiverBird
    29 janvier 2012, 1 h 31 min
  6. cut the cake, that’s the game yo!

  7. haha Willy Denzey qui saigne « comme un mouton le jour de l’Aïd »

  8. Non… IAM a assuré avec « Coupe le Cake », beau clip façon « egotrip » c’est certain !

    Par contre EXPLDRRRR le gateau avec la part du « Freeman » ahahahaha !

  9. Sans prétention aucune, je me permet de penser que vos êtes passés complètement à côté du message de coupe le cake, m’enfin c’est pas grave, ce top est hilarant et plein de…souvenirs impérissables (malheureusement pour les artistes concernés)

  10. [...] le monde, que ce soit chez Zemmour (tu étais revenu dessus sur ton blog)… Tu as même fait une 34ème place dans le top 50 des fails du rap français des Haterz. À part lire le petit cours d’autodéfense intellectuelle, tu en as fait quoi de [...]

Hé, crache ton com'

Twitter @HaterzFr

    recherche

    newsletter