Articles avec le tag ‘vidéos’

Il est temps de vous avouer un truc un peu honteux. Tout d’abord intrigués, certains membres de l’équipe (bon, surtout un) se sont progressivement retrouvés à suivre avec intérêt, voire plus, le parcours de JUL.

On reconnait que ses propos sont confus, que ses lyrics flirtent avec l’absurde, que ses phases tournent souvent en rond. Oui, il dit de la merde et semble être obsédé par les mots (Pistolet) « taser », (Yamaha) « Fazer » et (Nique les) « videurs ». Mots qu’il adore imbriquer pour multiplier les rimes peuchères ; une spécialité presque aussi marseillaise que la bouillabaisse.

NB: le sens réel d’un « 5 francs » est une gifle ou un coup de poing ; les 5 francs symbolisant les 5 doigts d’une main s’aplatissant sur vos figures d’enculés de parisiens (a.k.a. toute personne n’habitant pas entre L’Estaque et Aubagne).

On reconnait aussi que l’emploi abusif du vocoder, au-delà de violer (sans le déshabiller) le bon-goût, permet régulièrement à Jul de s’imposer parmi les humoristes majeurs de notre époque. Le final du morceau Poser à la place 2, sur le fond et la forme, est une performance comique de haut vol. Asseyez-vous, appuyez sur lecture, avancez à 3′30 et respirez un bon coup :



Porté par un accent Marseillais et un argot que seuls ses voisins de pallier utilisent, Jul produit un magma sonore inaudible pour la quasi-totalité des terriens munis d’un système auditif valide.

Sans compter qu’à chaque sortie, il dévoile un peu plus son potentiel le plus intéressant : celui d’avoir échappé à la confidentialité maudite de quelques chichas phocéennes. Car après avoir fait son Planète Rap, enchainé des interviews, et réussi un saut en hauteur par-dessus son bloc, Jul a immédiatement tendu la perche à Internet pour se faire fouetter :

Avec tous ces boulets accrochés à ses mocassins sans chaussettes, comment un rappeur issu de la bouche du néant peut-il être certifié disque de platine en 2014 ? Malgré les réserves émises par un autre illustre proutliner, ça reste une sacrée prouesse, surtout pour un petit gars trapu avec une mèche blonde qui bosse en indé. Car même si Jul fait des efforts pour s’en sortir, sa direction artistique reste toujours dans…

Mais si on mordille un peu le vernis amer, après avoir grimacé, on découvre un gars relativement attachant, représentant ultime et premier degré des codes caillera de Marseille, un peu perdu dans ses messages et ses incohérences. Totalement balourd et noyé en interview. Limite timide et gêné par l’arrivée d’une sourde réussite qu’il croyait appeler dans le vent.

La force de JUL, c’est peut-être de proposer du brut, sans souci du détail ni arrière-pensée, à une époque où la musique est affaire de calcul et d’optimisation. En freestyle, c’est du déballage bourrin, ininterrompu, de la bâfrerie de micro.

Mais l’horrible superpouvoir de Jul, c’est qu’il a un vrai sens du refrain et de la mélodie. Tu entends un son de Jul une fois ; si tu es courageux, tu l’écoutes deux fois ; si tu es fou ou très curieux, tu l’écoutes trois fois, et là c’est foutu : il s’accroche dans ta tête comme un implant radioactif.

En témoigne cette étude évolutive menée sur une meuf pendant 2 heures d’écoute intensive de l’ album « Dans ma paranoïa » :

Tout ça pour en venir au sujet qui nous fascine le plus sur Jul :

Ceuxqui ont fait son succès.

Nous avons réuni une collection dense -mais non exhaustive- de ce qu’a engendré le phénomène Jul. Un beau témoignage de cette jeunesse fragile et bousillée, à qui les internets ont permis d’exprimer leur dévotion envers leur héros à mèche peroxydée.

Oui, on a tous été bousillés par quelque chose. Mais Dieu merci, quand on était jeunes, YouTube n’existait pas.

……………………………………………………………………

Notre TOP 15 des représentants de la #TEAMJUL :

15- « C’est parti, allez on y va, attention ». Mesdames et messieurs, voici DJ Belite :

14- La #TEAMJUL rappe dans la cuisine. Mais doucement, il y a surement la #TEAMDARON qui fait la sieste à côté.

13- Prenez des gènes de Rocca, de Jul, de SwaggMan, mixez, clonez, une fois le petit être transgénique obtenu, renversez son berceau par terre. Voici « LE MAUDIT ».

12- La #TEAMJUL a le ventre plein de buvette, et le coeur rempli de castagnettes. « Tu chante bien continue peut tedre tu passera sur the voice comme Kenji ».

11- - Mais, ma chérie, pourquoi tu as fais ça ? Au début de la vidéo, tu es confuse, qu’est ce qui t’a pris ? POURQUOI TU AS FAIT CA ?
- Parce que j’ai un ordi, une webcam et une connexion web. Maman, je l’ai fait parce que je le pouvais.

10- La #TEAMJUL, c’est aussi le p’tit boeuf du week-end en famille.

09- Avertissement : la vidéo suivante peut à la fois provoquer une surdité partielle et faire dresser les poils du jury de #PopStar. On vous aura prévenu.

08- Ma chérie, viens tu vas chanter « Tu la love », tu as bien appris les paroles ? Parfait. Oui, c’est bien ça, là il dit « Champagne, Bordel, tout le monde la piste ; sur la joue ça lui fait des kiss ; Si c’est plus fort qu’elle, elle peut finir à l’hotel Ibis ». Cherche pas, c’est bien ma chérie, bravo.

07- « Maaamaaan comment elle danse bien [...] faut la mettre sur Youtube au lieu de la laisser danser comme ça pour rien »

06- 2 hands, 1 cup.

05- La #TEAMJUL, c’est aussi la chance donnée à une cagolette de faire 1.600.000 vues avec une reprise tournée dans son salon, après le goûter.

04- Non, mais s’il vous plait, laissez les enfants hors de tout ça. Surtout quand le seul truc que vous leur avez appris à mimer c’est « tu me prends pour un Trou du cul » (0′32).

03- De la bagarre, des vélos qui cabrent, des lunettes de soleil… ces réalisateurs en herbe ont un bel avenir devant eux.

02- C’est la crise au mic, mais pas que…

01- La #TEAMJUL + la drogue = Beaucoup d’amour.

Pour finir, un bonus Hors catégorie, ou plutôt un vainqueur toutes catégories : La pépite ultime. Une belle rencontre fortuite, entre membres de la #TEAMJUL, filmée à la volée sur un parking de supermarché. La musique rapproche, guérit, donne des ailes. Encore faut-il avoir le temps de les déployer.

Twitter @HaterzFr

    recherche

    newsletter