Articles avec le tag ‘message caché’

Après le clip surprenant pour le tout aussi surprenant morceau Jimmy de Booba, le duo de réalisateurs français Greg & Lio vient de réaliser le clip du (seul) morceau intimiste de l’album de Kaaris, Or Noir.

On y retrouve une volonté de se démarquer des autres vidéos de rap français et d’affirmer un style propre avec des degrés de lecture empilés, un certain souci du détail, des clins d’œil fugaces

Dans le clip Or Noir, ils semblent être allés encore plus loin dans leur délire de détails cachés. On a donc décidé de lister et d’apporter un semblant de décryptage sur les easter eggs qu’on a cru repérer après plusieurs visionnages intensifs.

Avant de continuer, ouvrez grand les yeux et les oreilles :

Rien ne change

D’abord, le clip renferme un clin d’oeil monstrueux à une rime du morceau « Je bibi » de Kaaris, qui a fait tilter tous les fans de Dragon Ball Z : Rien ne change à part Freezer.

Pour ceux qui n’auraient pas eu d’enfance: Freezer est un super-méchant qui évolue via 4 transformations principales, qui le rendent de plus en plus puissant.

Or, si on regarde bien, dès le début du clip:

Apparition furtive de Freezer sous sa première forme. C’est également la première forme d’échanges discrets pratiqués sur les aires de jeux du zoo – on avait des cartons dans les sachets avant d’avoir des sachets dans le cartonné.

Puis :

Ca continue sur le mur de la chambre du gamin, à 01:44 :

Et enfin, à partir de 02:20 :

Vous avez bien vu : les 4 principales transformations de Freezer apparaissent dans le clip, dans l’ordre chronologique du manga.

« Le taré »

Autre motif récurrent et étrange du clip: le grand lascar du quartier du petit Kaaris (?) porte un blouson avec la mention Bugsy – 80351.

En cherchant vite, on découvre que Bugsy est le nom d’un voyou incarné par James Russo dans Il était une fois en Amérique, de Sergio Leone. Point commun avec le lascar du clip: il fait travailler les gamins de son quartier, et finira par en tuer un d’une balle.

On peut aussi -et surtout- y voir une référence à Bugsy Siegel (et son matricule), célèbre mafieux cainri du début du siècle dernier, psychopathe, ultra-violent et l’un des pères fondateurs de Las Vegas. Oui, c’est le même qui inspira le gangster d’amour Sarcellois.
A noter : le symbole Peace & Love qui se demande ce qu’il fout là, la tête à l’envers.

Nhar sheitan

Pas sûr que ce soit un 3.2 v6, mais en tout cas cette bagnole est plaquée 6.6.6 Iblis ; idéale pour tout nègre qui persiste, et aime allumer les phares pour que les ténèbres s’éclaircissent.

A noter : L’arrestation se déroule sur une Citroën, mais c’est une Renault qui goute aux flammes de l’enfer. Les raccords chelous concernant les bagnoles nous font toujours penser à l’histoire de la Volvo dans Twilight. Ou alors il y a un sens caché à trouver?

Au choix

Père et mère ne peuvent rien y faire.

Sortez les calculettes

+

=

La dédicace à Therapy Music aka 2093 et 2031, les 2 beatmakers sur qui Kaaris a pu compter pour produire son album.

Range ta chambre

Des albums cultes avec un point commun : ils mettent à l’honneur des gamins sur leurs pochettes. Notre intuition, et nos yeux crispés, parient que derrière l’album de Nas se trouve une pochette remplissant le même critère, à savoir l’album Nevermind de Nirvana, dont on voit le dollar dépasser.

Bref, comme dans ce clip, des gamins qui ont vite perdu leur innocence face à la tune.

Et si…

Le poster de Public Enemy > Le film de gangsters « Public Enemies » > un film dans lequel James Russo incarne le gangster Walter Dietrich > le même James Russo qui jouait Bugsy dans Il était une fois en Amérique

Non, là, on part certainement en couille.

Déjà vu

Mais oui, c’est bien le style de masque avec lequel Jimmy commet un braquage dans le clip de Booba :

Des masques complémentaires : souriant (pour représenter la comédie théâtrale) sur le mur de Kaaris et triste (pour la tragédie) sur la face de Jimmy. Le détail est d’autant plus troublant quand on réalise que c’est le même acteur, avec un bandeau de basket, qui joue « Bugsy » dans le clip de Kaaris, et le pote de Jimmy dans le clip de Booba :

Et si une sorte de continuité cheloue liait ces deux vidéos ? Et si c’était le même personnage, à deux moments différents de sa vie ? Et si en fait, dans ce monde alternatif, les bandeaux étaient en soldes ?

Au passage, on a notre petite idée quant à la raison qui fait sourire le masque dans le clip d’Or noir :

Constatation nocturne

Les deux gamins, possédés par l’esprit de Diam’s et Vitaa, rayent une BM, et se mettent dans un…

Mauvais plan

En visionnant ce traveling avant, l’hommage nous a sauté à la gueule plus vite qu’une balle de Smith & Wesson 629.

i – double k – i

Dernier détail plus ou moins caché dans la conclusion de la vidéo : alors que la photo des gamins brûle dans les flammes, on repère en haut à gauche un pin’s un peu particulier.

Bon, déjà, un pin’s en 2013 c’est CHELOU. La prochaine fois, on va avoir droit à un clip de Kanye avec un match de Pogs? Beyoncé avec des tototes?

Sauf que là il s’agit de Ikki aka le Chevalier du Phoenix, aka la plus grosse caillera et le frère de la baltringue dans Les Chevaliers du Zodiaque. Ikki passe sa vie à protéger son petit reuf et, dans la légende, le Phoenix revient d’entre les morts après avoir brûlé dans les flammes.

Faut-il y voir un dernier message caché et une indication pour la suite de l’histoire ?

A vrai dire on n’en sait foutre rien, et on a déjà assez mal à la tête comme ça.

Kaaris, ton avis?

Twitter @HaterzFr

    recherche

    newsletter